La TÉHIMA se pratique partout, dans une salle ou dans la nature, seul ou en groupe.

 

Il suffit d ’être dans une tenue confortable, aucun matériel n’est nécessaire pour pratiquer la Téhima.


Sachant que chaque lettre correspond à une partie du corps, la pratique active rapidement la zone physique.  

Une pratique de deux minutes pour une seule lettre ou 15 minutes pour l'enchaînement des 22 lettres apportera directement les bienfaits de la chorégraphie de la lettre.

 

En groupe, on exécute chacun une lettre et la pièce devient le parchemin sur lequel chaque mouvement se relie au mouvement de l’autre pour inventer, interpréter de différentes façons cet alphabet corporel. On travaille aussi à deux en rentrant dans l’espace créé par l’autre pour « écrire un mot avec lui ».

On peut utiliser des sons ou de la musique méditative comme celle de Georges Lahy spécialement composée pour la pratique de la méditation hébraïque.

Certaines lettres demandent de la souplesse mais il y a plusieurs niveaux de pratique ce qui rend cette méthode accessible à tous.

 

Le Sépher Yétsirah donne pour chaque lettre une direction dans l’espace. C’est pourquoi il faut tenir compte de l’orientation du corps. Par exemple, il est intéressant de se placer face au Nord-Ouest quand on pratique le Tsadé et au Sud-Est, le Teth. De même si vous avez une carte du ciel et que vous pratiquez la nuit, regardez bien dans le tableau synthétique de l’alphabet vers quel astre ou quelle constellation nous tourner. Le Hé se fera vers le Bélier, Qof vers le Verseau, Beth vers la Lune ou Guimel vers Mars. 

 

Chaque lettre est abordée dans son aspect physique, énergétique symbolique, calligraphique et philosophique. On commence toujours par l’ancrage du corps en trouvant les points d’appuis, on visualise la forme de la lettre ainsi que sa résonance anatomique.

Découvrez nos réseaux sociaux